La ministre de l’Education , Marie Carmel Paul-Austin est dans la tourmente suite aux problèmes enregistrés dans l’organisation des examens du Baccalauréat , cette année.

Ainsi , Mme Paul-Austin est covoquée à la Chambre des Députés , le mercredi 3 septembre 2003 , par les élus contestés pour être interrogé sur le dossier du Baccalauréat et la disparition de fonds au ministère. Selon le président de la Commission Education de la Chambre Basse , Gilvert Angervil, la séance de mercredi devrait déboucher sur un vote de censure de la ministre de l’éducation nationale . Le député contesté qui a reçu le 28 août dernier un lot de documents de Mme Austin à l’occasion d’une rencontre à la Chambre Basse soutient que la gestion de la ministre est douteuse . Le parlementaire du 21 mai annonce déjà les couleurs . Mme Austin risque de connaitre le même sort que l’ancien ministre du commerce , Leslie Gouthier .

La crise au ministère de l’Education Nationale sur fond de corruption entre la ministre et le directeur général fait l’objet d’une enquête gouvernementale. Une investigation est en cours sur les graves accusations de détournement de 14 millions de gourdes portées par le directeur général ,Camille Gouin , sur la ministre Marie Carmel Paul-Austin. Le secrétaire d’Etat à la Communication, Mario Dupuy , a indiqué que le gouvernement allait chercher à déterminer les responsabilités tout en invitant le Parlement à jouer son rôle d’instance de contrôle .

M. Dupuy faisait référence aux accusations de malversations portées par M. Gouin contre un groupe de députés qui, selon lui, est complice de la dilapidation des fonds par Mme Austin. Les parlementaires avaient promis d’investiguer également sur la question tout en réclamant la démission du directeur général .

Une pétition des amis de Marie Carmel Paul-Austin a été publiée à Port-au-Prince . Les amis de la ministre exigent que « son ou ses accusateur(s) produise(nt) publiquement , dans un délai allant jusqu’au 2 septembre l’ensemble des preuves formelles soutenant ses our leus allégations contre Marie Carmel Paul-Austin ». La pétition poursuit que « passé la date du 2 septembre , les signataires considèreront ces accusations comme non fondées , mensongères , calomnieuses et destinées à ternir l’image de Marie Carmel Paul-Austin. Ils se réservent le droit de poursuivre ses calomniateurs pour diffamation, délit puni par le Code Pénal ».