Le Ministre de la Santé déplore la persistence de la crise qui sévit à l'Hôpital de l'Université d'Haïti (HUEH). Selon le Ministre Michaelle Amédée Gédéon, c'est la population déshéritée qui en subit les conséquences.

Le Ministre de la Santé annonce des mesures disciplinaires contre les auteurs de ce mouvement. Dr Michaelle Amédée Gédéon encourage également les grévistes à reprendre le travail à l'Hôpital Général.

AHP.-Les médecins résidents et internes de l'Hôpital de l'Université d'Etat d'Haïti (HUEH) poursuivent leur mouvement de grève, en vue de réclamer des autorités concernées, de meilleures conditions de sécurité.

Ces médecins déclarent avoir été menacés par les parents d'un malade décédé, qui les ont accusés de n'avoir rien fait pour lui venir en aide. Ils ont fait savoir qu'ils ne reprendront leurs activités que losqu'ils auront des garanties de sécurité.

En raison des grèves à répétition pour toutes sortes de raisons dans le plus grand centre hospitalier du pays, il se développe une situation d'hostilité des malades vis-à-vis du personnel soignant.

La grève des médecins coïncide avec celle des infirmières déclenchée depuis environ deux mois, à la suite de la disparition, le 27 février dernier, d'un nouveau né, à la maternité de l'institution. Les infirmières avaient conditionné leur retour au travail, à la libération d'un de leur collègue, Yannick Augustin, arrêté pour les besoins de l'enquête.

La grève se poursuit à l'HUEH, malgré la remise en liberté de Yannick Augustin. Les infirmières réclament désormais de meilleures conditions de travail. Cette grève met la vie de nombreux patients en danger (...) et a été dénoncé par plusieurs organisations de droits de l'homme. La direction médicale annonce que des sanctions seront adoptées pour faire comprendre aux grévistes la nécessité de venir en aide aux malades, et de favoriser la reprise des activités dans les différents services de l'institution.