Communiqué de Presse : "CNEH, 14 années de lutte pour un mouvement syndical responsable et démocratique."
Le 13 avril 1986, des professeurs de divers courants idéologiques, convoquèrent à Léogâne des enseignants et enseignantes des neuf départements du pays en vue de donner naissance à une organisation syndicale, la Confédération Nationale des Educateurs d'Haïti (CNEH). Cette convocation faisait suite à des tournées et des élections de délégués dans les communes en vue de donner la légitimité démocratique nécessaire au mouvement. Dans le contexte post-Duvalier, les espaces étaient propices à la mise en place d'institutions démocratiques.

14 années plus tard, la CNEH est déjà à son cinquième congrès, elle a traité, entre autres, des centaines de dossiers individuels, participé à des dizaines de séances de négociations avec le Ministère de l'Education Nationale, apporté de l'aide au Conseil Electoral de 1990 et contribué à la mouvance démocratique dans un contexte de mise en place d'une dictature militaire.

14 années plus tard, il faut le reconnaître, en dépit de nombreux efforts de la CNEH pour améliorer le système éducatif et créer un cadre favorable au partenariat Etat-Société Civile à travers un syndicat démocratique, respectueuse des normes, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

14 années plus tard, la CNEH se bat toujours pour faire reconnaître au niveau de l'Etat que la négociation et le consensus sont les meilleures manières de régler les conflits sociaux.

14 années plus tard, l'affaiblissement de l'Etat et les dérives antidémocratiques ont contribué à affaiblir le mouvement syndical. On constate également un recul du respect des normes en matière du droit du travail et des droits des enseignants à avoir de meilleures conditions de travail, un plan de carrière, une formation adéquate pour une éducation de qualité et la sécurité de l'emploi. La CNEH constate avec amertume qu'aujourd'hui encore des éducateurs sont sanctionnés pour leur appartenance syndicale. Ce qui était rare durant ces treize années.

La CNEH réaffirme sa volonté de rester un syndicat démocratique, apolitique et défendant les intérêts de l'école, des enseignants, des élèves et des parents.

14 années plus tard, la mobilisation des enseignants est toujours nécessaire pour sauver le système éducatif. La CNEH lance donc un appel patriotique, dans ce contexte difficile de la vie nationale, aux éducateurs, aux parents et à la société civile en général, de conjuguer leurs efforts afin que nos enfants ne continuent pas à payer les conséquences d'une politique éducative inadéquate et une instabilité politique qui mettent en cause les acquis de ces dernières années".