Le ministre haïtien de l'économie et des finances, Ronald Décembre, assure qu'aucun plan de hausse des prix de l'essence n'est à l'étude au sein du gouvernement.

En fait le grand Argentier de la République a rectifié le tir par rapport à ces remarques en début de semaine. Il reproche aux journalistes d'avoir mésinterpréter ses déclarations en faisant état d'une hausse des prix de l'essence.

Plusieurs médias ont repris hier les premières déclarations du ministre dans lesquelles il envisage une subvention des tarifs du transport en commun lors d'une éventuelle hausse des prix du carburant.

M. Décembre à regretté le traitement de la conférence de presse par les médias. Si je devrais perdre mon portefeuille ce serait déjà fait alors que je n'avais pas annoncé une hausse des prix du carburant, a dit le ministre levant un peu le voile sur l'effet de ses déclarations au sein du gouvernement.

Le grand Argentier de la République a assuré que les taxes sur le carburant ne sont pas inscrites dans le projet de budget 2018-2019. Il souligne que le trou de 20 milliards de gourdes résultant de la subvention sur les produits pétroliers a été réduit à 15 milliards. Toutes les institutions de l'état supporteront une parie de ce montant, a expliqué le ministre Décembre.

La mise au point du ministre des finances témoigne de la sensibilité de ce dossier. Même si M. Décembre avait indiqué que ce sujet ne doit pas être tabou il est évident que le gouvernement avance avec une grande prudence sur ce dossier.

Quelques heures après la première annonce des leaders de l'opposition avaient appelé à des manifestations pour empêcher la hausse des prix de l'essence.

A moins d'une semaine d'une série de manifestations anti gouvernementales sur l'ensemble du territoire, les autorités ont désamorcé un nouveau front de la contestation lié au dossier Pétrocaribe.

LLM / radio Métropole Haïti