Le Représentant permanent d'Haïti auprès des Nations Unies à Genève, Pierre Andre Dunbar, a indiqué que son pays a accepté 188 recommandations et pris note de 25 autres formulées dans le rapport de l'expert indépendant sur la situation des droits de l'homme.

Le Vendredi 17 mars 2017, à Genève, dans le cadre de l'Examen Périodique Universel (EPU), le Conseil des Droits de l'Homme a adopté, à la mi-journée, les documents finaux résultant de l'EPU pour Haïti. Le Vice-Président du Conseil, M. Shalva Tsiskarashvili, a indiqué que, sur la base des informations reçues, Haïti avait reçu 213 recommandations, en avait accepté 188 et avait pris note des 25 autres.

M. Dunbar a fait valoir que depuis quelques temps Haïti se veut un État qui assure la promotion et la protection des Droits de l'homme . « Ceci est prouvé par les efforts accomplis dans la soumission régulière des rapports internationaux dus aux organes de traité et aux mécanismes des droits de l'homme. », explique t-il.

Certaines recommandations sont notées, soit parce qu'elles sont déjà mises en œuvre, soit parce que les dispositions légales auxquelles elles renvoient sont déjà prévues « La situation économique, sociale et culturelle explique qu'Haïti ne peut être partie à toutes les Conventions internationales relatives aux droits de l'homme » a ajouté M. Dunbar pour justifier la non acceptation de 25 recommandations.

Il a indiqué qu'Haïti n'a pas jugé nécessaire pour l'instant de ratifier le Statut de Rome de la Cour pénale internationale, assurant que son pays dispose déjà dans son corpus juridique de dispositions juridiques permettant de lutter contre les infractions qualifiées de crimes contre l'humanité.

LLM / radio Métropole Haïti