Le Premier Ministre Alexis a passé des instructions à la Police Nationale d'Haïti, d'intervenir dans des zones de hautes turbulences afin de rétablir l'ordre et la paix publique.

"La police doit pouvoir mettre la main au collet de tout fauteur de trouble", a fait savoir le Premier Ministre, qui a également condamné les actes de violences. Jacques Edouard Alexis a toutefois noté la difficulté de cette tache, compte tenu de la configuration et la densité de la population. "Nous sommes entre l'enclume et le marteau" s'est exclamé M. Alexis, arguant que les policiers ne peuvent pas tirer à hauteur d'homme sur la population.

Le Premier Ministre, qui a attribué ces actes de délinquance à un secteur politique qu'il ne veut pas nommer, affirme que la police a déjà procédé à plusieurs arrestations dans le cadre de ces violences. Toutefois, le Président du Conseil Supérieur de la Police n'était pas en mesure d'avancer des chiffres.