Le coordonnateur du bureau Haïti au Département d'état, Kenneth Merten, poursuit une importante mission en Haïti. Le diplomate américain a eu des entretiens séparés avec le président Michel Martelly, le candidat à la présidence du PHTK, Jovenel Moise et le candidat de Lapeh, Jude Célestin.

M. Merten, qui a été en poste en Haïti au cours des deux premières années de l'administration Martelly, s'évertue à rapprocher les positions des acteurs politiques impliqués dans la crise électorale.

Des partis politiques de l'Opposition ont exprimé leur colère en ce qui a trait à une mediation de M. Merten. Le candidat à la présidence de MAS, Eric Jean Baptiste, s'insurge contre l'ingérence étrangère dans les affaires haïtiennes. Il se prononce en faveur de la mobilisation dans les rues pour faire échec au plan de coup d'état électoral du gouvernement.

Le juriste Camille Leblanc, proche de Fanmi Lavalas, juge que l'émissaire du département d'état tente d'imposer sa solution aux acteurs politiques.

Lors d'une manifestation samedi dernier, plusieurs milliers de personnes avaient réclamé la démission du chef de l'état et le limogeage des conseillers électoraux.

M. Merten devrait poursuivre sa mission jusqu'au mercredi 8 décembre dans la capitale haïtienne.

L'administration américaine est préoccupée par la crise électorale et les revendications des leaders de l'Opposition relative à la formation d'un gouvernement de transition au début de 2016.

Les points débattus entre M. Merten et les acteurs politiques n'ont pas été révélés.

Entre temps ces discussions auraient permis d'éviter la grève générale de ce lundi. Les initiateurs de la grève, proches du G 8, ont indiqué qu'ils avaient résolu d'annuler la grève en raison des risques de violence qui seraient orchestrées par des proches du gouvernement.

LLM / radio Métropole Haïti