Le juriste et chef de parti politique, Osner Févry, a été appréhendé jeudi soir par les policiers de la Direction Centrale de la Police Judicaire (DCPJ) sous l'accusation de faux en écriture publique et escroquerie. Le juriste a été détenu au local de la DCPJ avant de comparaître par devant le juge de paix, Gabriel Amboise, au cours de la journée de vendredi 22 mai.

Plusieurs juristes et homme politiques s'étaient redus au Parquet de Port-au-Prince hier afin de témoigner leur appui à M. Févry. Le sénateur Rudy Heriveaux qui n'a pas voulu se prononcer sur le contenu du dossier espère qu'un accord puisse être trouvé entre les parties en conflit. Une source proche du parquet a révélé qu'une procédure judiciaire a été lancée contre Osner Févry suite à une plainte résultant d'une vente d'une propriété.

Les avocats de M. Févry dénoncent le caractère illégal de l'arrestation arguant qu'il n'y a pas de flagrance. Maître Jean Joël Petit Homme indique que le commissaire du gouvernement pouvait inviter le juriste à comparaître afin de répondre des faits qui lui sont reprochés.

Le bâtonnier de l'ordre des avocats de Port-au-Prince, Gervais Charles, qui a assisté à l'audition de Maître Févry a indiqué qu'il ne s'agit pas d'une affaire pénale.

LLM