Les députés ont préféré avoir une séance à huit clos avec le ministre de la justice, Jean Joseph Exhumé, et ses principaux collaborateurs afin de faire la lumière sur l'enquête relative aux narcodollars de Port-de-Paix. A l'abri des micros et des cameras des medias le ministre Exhumé, le secrétaire d'état à la sécurité public, Luc Eucher Joseph, le chef de la police, Mario Andrésol et l'inspecteur général en chef de la police, Fritz Jean ont fait état de l'avancement des multiples enquêtes liées à l'enquête principale sur la disparition de narcodollars.

Le chef de la police, Mario Andrésol, a indiqué aux parlementaires que la perquisition du 12 novembre 2008 à Lavaud a porté un coup d'arrêt aux investigations de la police sur les trafiquants de drogue de Port-de-Paix.

Rappelant qu'Alain Désir avait été appréhendé le 20 octobre 2008 par des agents de la Brigade de Lutte contre le Trafic des Stupéfiants (BLTS) et de la DEA, M. Andrésol assure que les forces de l'ordre réalisaient depuis août 2008 une investigation sur ce dossier. " Nous enquêtons sur Alain Désir depuis environ trois ans et 10 kilos de cocaïne avaient été saisis lors d'une perquisition", ajoute t-il faisant remarquer que la BLTS et la DEA n'étaient pas impliqués dans la perquisition du 12 novembre.

Le directeur général de la PNH informe que 26 personnes, dont 19 policiers, ont été interpellées après le pillage des narcodollars de Port-de-Paix.

En ce qui a trait au décès de l'assistant du directeur départemental de la police, Philippe Jean Raymond, le chef de la police révèle que M. Raymond avait été impliqué dans le comptage du corps du délit. De plus, Mario Andrésol soutient que le commissaire Philippe Jean Raymond avait été interpellé parce qu'il avait libéré 11 policiers arrêtés dans le cadre de l'enquête par les agents de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ).

Dans le même temps, le chef de la police a déclaré qu'un agent de Police Chaplains International (PCI), Emmanuel augustin, qui aurait détourné 150 000 dollars, a été appréhendé dans le cadre de cette enquête. " L'agent de PCI aurait indiqué à la DEA qu'il avait reçu 50 000 dollars de M. Désir alors que ce dernier a fait état de 200 000 dollars", ajoute le chef de la police.