Le Conseil Electoral Provisoire (CEP) de Ernst Mirville persiste et signe ; les neufs (9) conseillers affichent à mener à quai, la barque électorale. Il est question, dit-on, de respecter coûte que coûte l'échéance constitutionnelle de novembre ; en effet, dans le calendrier définitif, le Conseil reconduit et maintient la date du 26 novembre fixée d'ailleurs au préalable par arrêté du Chef de l'Exécutif, pour l'organisation des présidentielles et sénatoriales.

A cette fin, une période s'étalant sur près de deux mois soit du 5 octobre au 25 novembre est accordée à tous ceux qui briguent le poste de sénateur et de la première magistrature de l'état, pour convaincre les haïtiens en âge de voter. Et la date du 20 septembre devra être décisive pour les intéressés désireux de déposer leurs pièces. Cette période arrivera à terme le 2 octobre. Le fameux carnet étant exclu, le CEP n'a pas prévu de période pour les contestations de candidature. L'instance suprême en matière de contentieux électoral, jugera comme bon lui semble, d'agréer ou pas une candidature.

Les listes seront publiées dans les 3 jours qui suivent la date de la fin des dépôts de candidatures. Et une fois, les élections tenues le 26 novembre, comme mentionné dans le calendrier, si tout se passe bien, 4 jours après, soit le 30 novembre, le CEP proclamera les résultats. Et, dans l'enventualité d'un second tour, le Conseil Electoral a déjà prévu une campagne électorale, qui débutera au lendemain même de la publication des résultats du premier tour sur le 1er décembre. Le 1er décembre est programmé par le CEP pour le second tour. L'institution prévoit de rendre public les résultats définitifs avant Noël, le 23 décembre.