Il faut tout d'abord signaler le retour du sénateur Gelerme Laguerre, après Renaud Bernadin et Jean Claude Daniel. Mais le bureau du sénat n'est toujours pas satisfait de ses vingt trois (23) membres en siège. L'absence de Samuel Madistin (indépendant) de Elie Plancher, Edgard Leblanc, et d' Irvelt Chery, de L'Organisation de Peuple en Lutte (OPL), n'est pas digérée par le bureau, ou plutôt, une partie des sénateurs issus des élections contestées.

Débats houleux et vive polémique lavalasso-lavalassienne ont eu lieu autour des sénateurs absents depuis le 29 août. Le camp mené par Gérard Gilles et appuyé par le président Yvon Neptune va jusqu'à suggérer des mesures sévères à l'encontre des absents.

Mais, un autre camp au sein du bloc Lavalas, plutôt majoritaire, prend rapidement le contre-pied de cette proposition par la voix de Dany Toussaint. Et d'autres parlementaires, tels que Gelerme Laguerre, Renaud Bernardin et Wesner Emmanuel, collègue de longue date des sénateurs absents, se montrent prudents et réservés. Pour M. Emmanuel, le débat n'a pas sa raison d'être ; c'est quasiment la même position du sénateur du 21 mai, Felder Pierre Louis, qui lance un appel à l'éthique politique dans la question. « Mettez vous à la place de vos adversaires », propose M. Pierre Louis à ses collègues.

Et le débat a pris fin sur l'ajournement de la décision de sanctionner ou non les absentéistes au sénat.