Le chef de l’état, René Préval, de retour au pays après sa participation au 28e sommet annuel des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté Caraïbe (CARICOM), a annoncé l’ouverture, début août, d’un bureau de l’organisme régional en Haïti. Selon le président Préval, le bureau de la Caricom travaillera en étroite collaboration avec la commission chargée de l’intégration d’Haïti, dirigée par Marie-Michèle Rey.

Le chef de l’état a révélé que d’âpres discussions ont eu lieu entre les chefs d’état en ce qui a trait à la dynamisation des structures de l’organisme régional. " Nous avons noté une lenteur dans l’application des décisions des chefs d’état ", a indiqué M. Préval précisant qu’à l’issue des discussions les chefs d’état ont convenu de la nécessité de créer une entité qui servira d’ interface entre les chefs d’état et le secrétariat général de la CARICOM.

Selon René Préval des discussions ont été également engagées sur la possibilité de doter certains pays d’experts caribéens et le coût de cette opération.

Réagissant sur les remarques d’un responsable de l’OEA, relatives au manque de personnes qualifiées dans le pays, le chef de l’état a reconnu que la majorité des cerveaux ont fui le pays en raison des troubles politiques. " Il ne s’agit pas d’une critique mais d’un constat ", souligne M. Préval qui veut faire preuve d’humilité afin d’obtenir de l’aide de la communauté internationale.

Des experts de l’Union Européenne sont en Haïti pour nous aider rappelle t-il tout en souhaitant que les partenaires d’Haïti tiennent compte des propositions du gouvernement dans le financement des projets.

De plus, René Préval assure que des décisions concrètes ont été prises dans le cadre de la lutte contre le narcotrafic et le trafic d’armes. Toutefois il n’a pas voulu faire de commentaires sur ce dossier arguant qu’en raison de leur importance stratégique ces décisions doivent être traitées par les agences spécialisées.